VOILE

Le vent comme seule force de propulsive, l’activité voile se pratique en loisir ou en compétition sur des étendues maritimes ou des plans d’eau (lacs) Le type et le niveau de handicap ne sont pas un frein à la pratique de la voile. La diversité des bateaux et la richesse des adaptations permettent au plus grand nombre d’aborder cette activité. L’embarquement effectué, personnes valides et en situation de handicap physique ou sensoriel deviennent des navigateurs à part entière.

PRATIQUE

En club : Les supports ordinaires sont privilégiés. Selon le projet et le handicap de la personne des supports spécifiques sont utilisés. En fonction des aménagements et des bateaux dont les clubs disposent la palette des pratiques possibles s’étend du quillard monoplace à l’habitable en passant par le catamaran.

CAPACITÉS DÉVELOPPÉES

  • Autonomie
  • Orientation
  • Adaptation au milieu marin

CLASSIFICATION

Handicaps physiques et visuels : Dès le premier niveau de compétition, il est demandé au coureur d’être classifié selon la classification proposée par la Fédération Internationale qui comprend sept niveaux, le coureur classé 7 présentant le plus léger handicap. Cela lui permet de figurer au classement national handisport. Au niveau international, il est demandé aux coureurs, au début de chaque paralympiade, d’être évalués. Ainsi, en équipage, notamment en Sonar, quillard de sport à trois équipiers, l’addition du handicap de chaque coureur ne doit pas dépasser 14 points. En monoplace ou en double, le coureur doit répondre aux spécifications fixées par la Fédération Internationale.

Handicap Auditif : Actuellement, il n’existe pas de classification pour les coureurs atteints de surdité.

RÈGLEMENT

Dans le cadre de l’enseignement de la voile les textes règlementaires (Art. A322-64 à 70 du Code du Sport) s’appliquent aux établissements d’A.P.S. qui doivent présenter les garanties d’encadrement de technique et de sécurité. La voile scolaire et les accueils collectifs de mineurs ont leur règlementation spécifique.

Sont obligatoires pour la pratique : un certificat médical et l’attestation de réussite à un test réglementaire du « Savoir Nager ». Néanmoins, le code du sport a intégré, par l’arrêté du 9 septembre 2015, un nouveau dispositif permettant aux coureurs ne pouvant réaliser le test de natation de pouvoir naviguer (Se renseigner auprès de la Commission concernant les évolutions réglementaires applicables depuis septembre 2015)

MATÉRIEL ET  SÉCURITÉ

Aide à la préhension, au guidage de l’embarcation ou à l’équilibre assis pour le handicap physique ou bien outils d’aides à la pratique des déficients visuels comme le développement d’une application SARA facilitent la mise en œuvre d’une activité adaptée.

CONTACT

CPA Lathus Saint-Rémy

Eric BERNARD

05 49 91 83 30
infos@cpa-lathus.asso.fr
www.cpa-lathus.asso.fr

Fédération française de Voile

www.ffvoile.org